Avec une vision d'avenir innovante

Pour l'avenir, Triballat Noyal veut relever le défi d’une nutrition bonne et saine, accessible au plus grand nombre.
Nous affichons un engagement fort pour une agriculture respectueuse de la biodiversité et économe en énergie.

Nous participons à de nombreux chantier sur le développement de l'offre végétale et le perfectionnement de la bio.
Nous poursuivons notre objectif de mettre définitivement l’alimentation au service d’une santé durable.

Zoom sur
Protéger la nature et la biodiversité

Nous continuons à soutenir la transition vers des formes d’agricultures plus respectueuses de la biodiversité et plus économes en énergies : en effet, cette année, la marque Vrai rejoint le club du 1% pour la Planète.

Né en 2002, ce mouvement rassemble des entreprises du monde entier, responsables et soucieuses de protéger l’environnement.  Chaque marque adhérente s’engage à donner au minimum 1% de son Chiffre d’Affaires annuel : il sera reversé à des associations environnementales  qui mènent des opérations de protection de la nature.

C'est dans ce cadre que s’inscrit le soutien de Triballat Noyal, aux projets de l’Adage 35 (cf zoom sur ci-dessous), association de producteurs engagés pour des pratiques agricoles durables ou encore le projet éco-butinage: installation de ruches chez nos producteurs de bio.

Eco-butinage, le témoignage de Jean-Marc Lévêque, responsable RSE chez Triballat Noyal

 

Une dizaine de projets ont ainsi été initiés pour la protection de la nature et de la biodiversité.

Pour plus d'inforamations sur les différents projets en cours pour la biodiversité: http://www.vrai.fr/engagements/planete

Mieux soigner nos vaches aux huiles essentielles, une approche aussi étonnante qu'efficace !

Zoom sur...

Un projet réalisé dans le cadre du 1% pour la planète.

Un groupe d'éleveurs, en recherche d'autonomie et d'alternatives aux antibiotiques jugés de moins en moins efficaces, s'est penché en 2008 sur l'utilisation des huiles essentielles en élevage bovin, pour prévenir certaines infections. C'est le début des formations et expérimentations autant dans les élevages qu'en laboratoire (ISAE).

Les premiers résultats sont sans appel, tous utilisent désormais les Huiles Essentielles en première intention, et plus de la moitié n'utilisent plus d'antibiotiques pour soigner les mammites cliniques de leurs vaches.

Ces pionniers de l'aromathérapie bovine sont également plus que satisfaits sur les plans :

    • éthique,
    • économique « 2 à 5€ le traitement, ça vaut le coup d'essayer avant les antibiotiques »,
    • pratique « 10 gouttes sur l'échine matin et soir pendant 7 jours et c'est tout ! », 
    • du bien-être animal ainsi que sur l'autonomie qu'ils gagnent : « ce qui me plait le plus avec les huiles essentielles, c'est d'avoir le contrôle du traitement. Avec les antibiotiques, tu injectes, tu tries le lait et tu attends en priant pour que ça guérisse. Avec les huiles, tu déchiffres les symptômes de la mammite, tu choisis le protocole, tu adaptes selon les résultats ».

Les vaches semblent s'être très rapidement accommodées de ces méthodes douces « On dirait qu'elles aiment ça ! Et puis, plus besoin de s'embêter à les parquer ou les mettre en contention pour faire une piqûre ».

Pour certains, il y a « moins de récidives ». Les traitements aromatiques désormais s'étendent bien au-delà des mammites (boiteries, diarrhées, toux, problèmes de reproduction...).

Aujourd'hui, les résultats sont très satisfaisants du point de vue des éleveurs, qui se réapproprient la santé de leur troupeau, et regardent leurs vaches autrement, puisqu'ils traitent davantage la cause des pathologies.

Ils attendent toutefois que « les scientifiques » puissent s'approprier le travail fait, reconnaître les résultats, et puissent les expliquer.

Zoom sur
Œuvrer pour une alimentation plus saine

En 2013, Triballat Noyal créé l’institut Olga Triballat avec l’ambition de mettre l’alimentation au service d’une santé durable. Nous entendons par santé durable, la santé de l’Homme, bien entendu, mais aussi celle de notre planète, comme maillons indissociables d’une bonne santé durable pour nous et les générations futures.

Ce fond de dotation cherche à comprendre l’impact de l’alimentation d’origine végétale et de l’agriculture biologique sur la santé de l’homme et de sa planète. L’institut a également pour mission de diffuser les connaissances acquises  afin d’en faciliter l’application dans la vie quotidienne.

Pour tendre au plus près de cet objectif, 3 missions principales ont été définies :

  • Soutenir la recherche ;
  • Diffuser les connaissances ;
  • Agir sur le terrain.


Afin de mener à bien ces missions, l’Institut s’est doté d’un conseil scientifique pluridisciplinaire dont le rôle est d’amorcer la réflexion sur les grandes orientations à prendre et d’étudier les dossiers de candidature d’appel à projet:

  • Véronique Coxam, directrice de recherche à l’INRA de Clermont-Ferrand, spécialiste du métabolisme osseux et membre du comité « Nutrition Humaine » de l’Anses.
  • Michel Krempf, médecin endocrinologue, chercheur au CRNH de Nantes.
  • Jean-Michel Lecerf, médecin endocrinologue, chef du service nutrition de l’Institut Pasteur de Lille.
  • Patrick Tounian, pédiatre nutritionniste, chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatriques, AP-HP Hôpital Armand Trousseau, Paris.
  • Corinne Bitaud, docteur en agronomie.

+ 2 représentants de l'institut Olga.

 

les projets retenus

Zoom sur...

En 2014, l’Institut a retenu 5 projets : 2 projets de recherche et 3 actions de terrain.


Les projets de recherche:
- Le projet Optimus coordonné par une équipe INRA de Clermont-Theix: Objectif : vérifier si le besoin en protéines chez les personnes âgées peut être assuré en augmentant la proportion des protéines végétales dans l’alimentation, et proposer une stratégie nutritionnelle permettant d’optimiser l’effet anabolique musculaire de ces protéines. 
- le projet GRENADINE, piloté par le centre de recherche de l’Institut Paul: Objectif : comprendre comment et favoriser l’émergence de pratiques alimentaires qui aident à diminuer le gaspillage alimentaire en restauration collective et commerciale.


Les actions de terrain:
- Un projet en partenariat avec la Ligue de l’enseignement et à destination des centres de vacances labellisés CED: Objectif : favoriser la mise en place d’une alimentation alternative, centrée sur l’alimentation biologique et végétale, au sein de ces structures de vacances. Les cuisiniers des structures d’accueil ont été formés début novembre 2014. Ils sont accompagnés et suivis sur les sites de décembre 2014 à juin 2015.
- Une exposition itinérante « La santé dans l’assiette » créée par l’association Armorscience: Objectif : encourager les bonnes habitudes alimentaires et déployer ces messages dans toute la France. (Voir l'animation Fraîch'Attitude)
- Un projet monté par Initiative Bio Bretagne et baptisé « Alimentation Biologique et Santé en Bretagne »: Objectif : organiser des conférences, des animations et des formations à destination du grand public sur les intérêts nutritionnel, sanitaire et santé d’une alimentation biologique.

À découvrir sur notre site : www.institut-olgatriballat.org

Nos autres chantiers d’avenir

Les terroirs et le savoir-faire agricole sont en constante évolution. Triballat Noyal souhaite accompagner le mouvement vers une agriculture alliant tradition et innovation.
Nous participons aux chantiers d’amélioration constante de l'alimenation biologique, notamment à travers la démarche Bioentreprisedurable® émanent du Synabio (Syndicat des entreprises bio). Ce référentiel, mis à jour par les adhérents du Synabio en 2014, repose sur des critères de responsabilité sociétale précis, objectifs et mesurables. Ceux-ci sont structurés autour des questions centrales de la norme ISO 26 000 et portent en même temps les fortes spécificités du secteur biologique : responsabilité, environnement, loyauté, qualité, transparence, développement local, etc.
• Pour plus d’informations, consulter la page du Synabio qui présente la démarche . http://www.synabio.com/bioentreprisedurable.html

Triballat Noyal fait partie des adhérents du Centre culinaire contemporain  qui a ouvert ses portes en avril 2013. Ce centre, basé à Rennes, est une plate-forme d’innovation collective  pour les nouveaux usages culinaires. Autrement dit, on y invente l’alimentation de demain !

L’entreprise a aussi participé à la mise en place de l’Espace éco-chanvre  qui vise à redynamiser la filière chanvre en Ille et Vilaine,  un site historique de production du chanvre qui servait comme matériau de base aux voiles de bateau.

Les temps changent, c’est aujourd’hui un isolant ou un délicieux dessert .

En bref...